COUROUCOUCOU MITTON

Ce dessinateur (hyper sympa) a bien voulu me faire cet article pour que chaque amateur de dédicace ou mieux de B.D. et B.D . comics puisse voir le travail qu’il a fait tout au long de sa longue vie (que de crayons usés).

Si vous désirez que l’on continue de parler des créateurs ou petites et grandes mains de cette industrie, dîtes le nous et faites nous des demandes nous essaierons de vous satisfaire.

Ne manquez pas de venir nous voir sur notre blog de la bédé ou site de vente de BD !

MITTON Jean Yves  mandelieu 2006

 

 

DANS L’OMBRE DES SUPER HEROS

Je ne vous raconterai pas toute ma carrière BD commencée à Lyon aux éditions LUG en 1961. ll faudrait des pages et des pages d’anecdotes et de souvenirs recouvrant 52 ans de métier sans avoir connu un seuljour de chômage. C’était l’époque du plein emploi et de la BD mensuelle diffusée en kiosque. Une BD aujourd’hui disparue avec ses éditeurs, ses rythmes périodiques, ses anciennes techniques et l’angoisse de la page blanche I Je ne retiendrai ici que la période Super-Héros née à Lug en 3.968 avec les premières importations US de la Marvel et qui, après un ralentissement pendant les années 90, s’est renouvelée et a de nouveau explosée grâce à l’apport cinématographique d’Hollywood et ses effets spéciaux informatisés.

Quelle ne fut pas mâ surprise lorsque je découvris les premiers Spider Mon de Ditko et les premiers Silver Surfer de Buscema ! Un dessin parfait à la limite de l’académisme, agrémenté par la couleur, chose rare dans les anciens mensuels, un ton narratif surprenant, et surtout un monde onirique peuplé de Super Vilains et de monstres, choses interdites à l’époque. La Censure, menée par un Comité du même nom aujourd’hui disparu, faisait alors rage. Nombre de planches furent retouchées à l’atelier Lug pour atténuer des situations et des dialogues explosifs, des violences et des rictus qui aujourd’hui font sourire, pour supprir*er les o**r*atopées et les cadavres, po*r c*anger des couleurs jugêes trop agressives. Certaines planches, et même des êpis*des entiers furent censurés. Songez que j’ai dû affubler le Surfer d’un slip dans ses prersiers épisodes ! À force d’arrcndir les angles, sous la colère de nombreux lecteurs, la Censure officielle tomba dans le ridicule et après 1974, les Super Héros retrouvèrent leur intégrité et leur intégralité originelles.

C’est la date à laquelle je me lançais dans cette aventure du Comics après avoir écrit et dessiné des épisodes de Spider Man, du Surfer et des 4 Fantastiques. Période probatoire qui reçut l’agrément de la Marvel et de Stan Lee son Directeur de Publications, que j’étais allé rencontrer à New York. Hélas, Marvel acceptait des dessinateurs étrangers, mâis pas des créateurs. Chiche ?

Dans la veine des séries US, je créais Mikras (dont Delcourt réédite l’intégrale des 70 épisodes en novembre prochain ainsi qu’un récit complet inédit « l’Ombre et la Lumière » qui relate la rencontre de Mikros et de Photonik, fameux personnage créé par Ciro Tota !). Le succès fut immédiat et Mikros quitta le mensuel Mustang pour Titans alors que j’abandonnais mon pseudo « John Milton » pour reprendre mon vrai patronyme. Dans la foulée vinrent Cosmo, Epsilon el Kronos (réédité intégralement par Watts en novembre prochain) . Le Phatonik de Tota m’a accompagné tout au long de ces séries jusqu’à l’arrêt des éditions LUG qui me firent signer un dernier album fantastique: Demain les Monstres. Je pus continuer mon parcours Super Héros chez d’autres éditeurs : chez Semic lnternatianal avec Ifie Phontom et chez Disney dans le Journal de Mickey avec l’Archer Blanc.

Jusqu’à la nouvelle vague hollywoodienne d’ily a 15 ans, le genre Comics tomba en désuétude et les éditeurs réclamèrent de l’Heroic Fantasy et des séries historiques. C’est à ces dernières que je me suis employé en entrant chez Soleil, Glénat et Delcourt. Mais ce nouveau parcours BD est une autre histoire. Mon adaptation à la demande du public me sauva bien des fois du chômage, et je conseille aux jeunes auteurs d’acquérir cette disponibilité face aux cruelles lois de l’offre et de la demande.

Je n’ai pas oublié d’avoir vécu dans l’ombre des grands américains qui m’ont si fortement inspiré. Je n’ai pas oublié mes anciens Super Héros d’il y a trente ans. La preuve : rendez-vous en novembre prochain : ils seront tous de retour dans vos librairies ! Et comme l’on disait jadis dans la BD périodique : « A suivre… » Un mot qui fut pour moi la fcrmule magique de mon formidable métier !

Jean-Yves MITTON

IMGmitton

 

 

Laisser un commentaire